« Tout ça pour ça ? »

Selon le président du regroupement, Gilles Bloch, les écoles d’ingénieurs, notamment CentraleSupélec, ont fait part de leurs réserves et de leurs craintes de perdre leur identité et leur personnalité juridique ; HEC, de par son statut si particulier, ne souhaite pas non plus aller plus loin, quand l’ENS se verrait difficilement avancer comme la seule école aux côtés du mastodonte universitaire Paris-Sud. « Face au risque d’enlisement, ce texte ouvre la voie de la transformation, soutient Gilles Bloch. Les écoles n’y sont pas prêtes, sans proposition alternative. Mais la porte reste évidemment ouverte. »

« Tout ça pour ça ? »
Pourtant, les premières réactions dans la communauté universitaire sont loin d’afficher cet optimisme. « Tout ça pour ça ?, lâche Yves Lévi, professeur élu au conseil d’administration de l’université Paris-Saclay. Les personnels se sont engagés, ont adhéré, ont monté des diplômes ensemble. On nous vend depuis des années une ambition grandiose et on en arrive à ce résultat… C’est désastreux. » « Il n’y a plus d’argent dans les laboratoires, plus de postes, s’énerve l’universitaire. L’urgence est d’améliorer les conditions de travail et d’études pour fournir le meilleur enseignement supérieur et la meilleure recherche. Les questions d’ego des uns et des autres, ce n’est pas notre problème ! D’autant plus au moment où l’économie va mal et le chômage des jeunes est si haut. »

Pour le sénateur socialiste Michel Berson, qui suit le dossier depuis de nombreuses années, « c’est un immense gâchis. Cinq milliards d’euros pour en arriver là, alors qu’on a tout pour réussir avec les meilleurs établissements français, c’est affligeant ». Le rapport de la Cour des comptes, rendu public en février, évaluait à 5,3 milliards d’euros l’engagement financier de l’Etat sur le plateau de Saclay, dont 700 millions sur le volet scientifique – le reste se répartissant entre l’immobilier, l’aménagement du plateau et les transports en commun. « Mais nous sommes à une semaine du second tour de l’élection présidentielle, souligne l’élu, par ailleurs soutien d’Emmanuel Macron. Il s’agit d’une solution d’attente, d’un habillage de l’échec pour finir le mandat. Ce sera au nouveau gouvernement de reprendre la copie de A à Z. Il faudra une grande ambition portée au niveau du premier ministre, car sinon, on vient d’en faire la démonstration, c’est impossible d’avancer. »

Lire plus :

Paris-Saclay : l’université Paris-Sud décide de faire cavalier seul

Paris-Saclay : cibles ratées ! (28 avril 2017 blog de Pierre Dubois)

Publicités

Campagne insoumise

Caricaturable et bon client, Jean-Luc Mélenchon a focalisé sur lui l’attention et les attaques lors des derniers jours de la campagne pour le premier tour de l’élection présidentielle. S’il ambitionnait de « fédérer le peuple », ce ne sera pas pour cette fois, mais il est probable que lui et son équipe n’ont pas fait que bouleverser le jeu électoral et ont amorcé une dynamique nouvelle dans certaines parties du corps social, estiment le vidéaste Usul et le chercheur en sciences politiques Thibault Jeandemange.

soirée-débat débat public et démocratie sur Paris Saclay : 1er Juin à Orsay de 17h à 22h

Soirée-débat sur Paris Saclay avec le soutien de la FSU Orsay et de la CGT Orsay et UD91
Le Jeudi 1er Juin de 17h à 22h à la Maison des Paris-Sudiens, sur le
site de la faculté des sciences d’Orsay
au Métro La Hacquinière (RER B) :https://goo.gl/maps/JyjP73wHGg42
Invitée d’honneur : Françoise Verchère, qui viendra nous parler
de débat public et démocratie
Des syndicats, associations, habitants et personnels des établissements du plateau
de Saclay se mobilisent.Cette soirée passera en revue le contexte politique et les conséquences environnementales et sociales de l’Opération d’Interêt National lancée
par Nicolas Sarkozy en 2009, qui est en passe de détruire 400 hectaresde terres agricoles exceptionnelles et poursuit son avancée. Ilrassemblera les forces en vue de s’opposer aux prochaines phases de ceprojet destructeur et anti-démocratique : Expo Universelle, nouvelhopital et métro lourd au milieu des champs, ZAC de Corbeville…
Soutenez la demande d’un moratoire sur l’urbanisation du plateau de Saclay

Présidentielle 2017 : le comparateur de programmes ESR

L’application « Présidentielle 2017 : le comparateur de programmes » vous permet de comparer, depuis votre ordinateur ou votre smartphone, les propositions des cinq principaux candidats à l’élection nationale, par thème et par sous-thème.
Vous y retrouvez les domaines d’actualité couverts tout au long de l’année sur les différents fils AEF.

Présidentielle 2017 : le comparateur de programmes ESR par AEF

Emmanuel Macron ou l’Université-entreprise

L’Enseignement supérieur et la Recherche (ESR) est un domaine trop oublié dans cette campagne électorale, alors que les enjeux sont considérables pour l’avenir de notre pays. Je propose un décryptage sans concession du programme d’Emmanuel Macron qui parachèvera la destruction de la démocratie universitaire et d’un grand service public d’Etat.

Lire plus : 14 avr. 2017 Par Pascal Maillard Blog de mediapart

Marche pour les sciences 22 avril

Extrait : Le 22 avril marchons pour les sciences, Tribune publiée dans le Monde du 15/02/17

Aux États-Unis, en France et partout ailleurs, les sciences doivent être remises au cœur du débat public. Marcher en nombre, comme ont décidé de le faire les scientifiques états-uniens, et ceux d’au moins huit pays européens, est un moyen d’y parvenir. La Marche citoyenne pour les Sciences en France initiée le 27 janvier participe de ce mouvement international. Synchronisée dans plusieurs villes de France où des comités locaux sont en cours d’organisation, elle rassemblera le 22 avril prochain toutes les citoyennes et tous les citoyens qui estiment que, dans notre démocratie, la reconnaissance de la démarche scientifique fondée sur la collecte, la vérification, et l’analyse rationnelle de faits et la garantie de son indépendance vis-à-vis des pouvoirs en place sont des enjeux essentiels. Hasard du calendrier, cette grande manifestation aura lieu la veille du premier tour de la présidentielle. C’est une formidable opportunité de montrer que sciences et démocratie forment un couple inséparable.

Départ
13:00 Jardin des plantes (Place Valhubert).
Trajet probable:
14:00: rue Jussieu, rue des Écoles, rue de l’école de médecine. Place saint michel.