IUT : une fondation d’initiative patronale pour pallier le désengagement de l’Etat !

Au moment où le budget de l’Enseignement supérieur et de la Recherche est discuté, où le SNESUP-FSU se bat, avec les personnels et les étudiants, pour qu’il soit à la hauteur de nos missions et réponde aux besoins, l’UNPIUT (Union Nationale des Présidents d’IUT), avec l’approbation de l’ADIUT (Association des Directeurs d’IUT) vient de sortir de leur chapeau un nouvel avatar : « la fondation nationale des IUT » sous l’égide de la Fondation de France !

On fêtera en 2016 les 50 ans des IUT (Instituts Universitaires de Technologie). Ces composantes universitaires dispensent des formations à Bac + 2, basées sur des Programmes Pédagogiques Nationaux (PPN) qui garantissent la qualification sanctionnée par les diplômes délivrés, et ceci partout sur le territoire. Depuis la mise en place de la loi LRU (Libertés et Responsabilités des Universités) et des Responsabilités et Compétences Elargies (RCE), nous demandons de manière récurrente un meilleur fléchage de tous les moyens humains et de fonctionnement de l’État vers les IUT pour réaliser ces PPN.

Alors que de plus en plus, les Universités et donc leurs composantes IUT, voient leurs dotations diminuer, les personnels s’épuiser, et que le désengagement de l’Etat dans l’ESR est plus que jamais affirmé, ces associations, par la création d’une « fondation nationale des IUT » veulent augmenter la part des ressources propres des IUT, et donc rendre les IUT et leurs formations dépendants des entreprises, tout en fragilisant la place des IUT et de leurs personnels dans l’Université. Ce n’est pas la première fois que cette vision est affirmée. L’ADIUT, avait tenté, après la mise en place de la LRU et des RCE de faire sortir les IUT des universités, proposant successivement une structuration régionale hors université, puis la création d’une agence nationale. Ces propositions éloignaient les IUT des universités menaçant les collaborations fortes entre les IUT, les enseignants et les enseignants-chercheurs et leurs laboratoires de recherche, collaboration facilitant par ailleurs la poursuite des études de nos étudiants dans l’université.

C’est en catimini, que les présidents d’IUT, ont extorqué sans discussion préalable l’avis par un vote des directeurs d’IUT sous la surveillance des acteurs de cette fondation, sans qu’aucun document ne leur parvienne au préalable, ni aux directeurs, ni a fortiori aux représentants des personnels et des étudiants. Nous ne pouvons considérer comme légitime cette initiative pourtant déjà validée par la Fondation de France sur la base du dossier présenté par l’UNPIUT[1].

Nous ne partageons pas le constat dans les documents : « les ressources sont aujourd’hui et seront demain en diminution », qui  encourage en proposant des alternatives de financement une diminution des fonds publics pour les universités et leurs IUT, alors que parallèlement le volume du Crédit Impôt Recherche montre que l’Etat est en mesure de consacrer des ressources financières très importantes, mais à la destination exclusive des entreprises. Par ailleurs, certains objectifs avoués de cette initiative de fondation sont clairs, et nous sommes aussi opposés à certains d’entre eux que nous pensons incompatibles avec l’indépendance de nos missions d’enseignement et de recherche (encourager des programmes pédagogiques et de recherche adaptés aux besoins des entreprises, favoriser le développement de l’entrepreneuriat).

En outre, seraient partiellement déductibles des impôts les sommes versées à la Fondation par les individus et les entreprises – à l’instar du mécénat aux Etats Unis – ce qui en définitive diminuerait les ressources globales de l’Etat. L’UNPIUT et l’ADIUT ont aussi su tirer les leçons du refus de leurs précédentes propositions de sortie des IUT de l’Université qui avait été assortie à l’époque d’un minimum de pédagogie avec des présentations au préalable des projets de l’ADIUT à destination des personnels. Cette fois-ci, ni les directeurs, ni les personnels à travers les Conseils d’IUT ont été sciemment et volontairement écartés.

Nous réaffirmons que les IUT, comme les autres formations universitaires, doivent dispenser des formations qui ne soient pas subordonnées aux exigences à court terme des acteurs du monde économique, la création du contenu de formation à travers les PPN ayant toujours su prendre en compte les évolutions et des besoins du monde professionnel. C’est ce qui fait le succès auprès des employeurs de nos formations depuis leur création. On ne saurait remettre en cause ce fonctionnement sans discussion par un nouveau mode de financement qui supposerait, voire imposerait, un retour sur investissement, si des garde-fous adaptés et efficaces ne sont pas mis en place.

Nous demandons donc que ce projet soit abandonné si des éléments complémentaires ne garantissent pas cette indépendance pédagogique et si les personnels à travers les conseils d’IUT continuent d’être ignorés. L’éventuelle mise en place d’une «  fondation nationale des IUT » doit reposer que sur une implication de la communauté universitaire portant sur l’opportunité de cette mise en place et sur ses modalités.

Le SNESUP réaffirme que les IUT doivent bénéficier de tous les moyens d’Etat , humains et financiers, afin de réaliser l’intégralité de leur PPN et qu’ils doivent rester des composantes à part entière de l’Université, indépendantes des pressions socio-économiques.


[1] La décision de la Fondation de France date du 23 septembre, alors que l’ADIUT ne s’est réunie que le 25 septembre !!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s