Saclay : l’improbable

Nous ne sommes pas tous des Américains !

Silicon Valley à la française, ce projet que certains appellent parfois le S.I.T. (pour Saclay Institute of Technology) a l’ambition, s’il réussit, d’offrir à la France le point de croissance supplémentaire qui manque cruellement à notre économie.

L’enjeu est donc de taille. Encore faut-il respecter certains principes. Et c’est tout le contraire qui est aujourd’hui en train de se passer.

Car l’Etat a décidé d’ignorer les acteurs de terrain, et en premier lieu les élus locaux et les citoyens engagés, en privilégiant une vision technocratique et immobilière, au lieu de s’appuyer sur l’expérience de ceux qui vivent quotidiennement ce territoire aux multiples facettes.

Le comportement de l’Etablissement Public Paris Saclay (EPPS), bras armé de l’Etat chargé de piloter l’ensemble de l’opération, est symptomatique de cet esprit de défiance. Il est parvenu à se mettre à dos l’ensemble des élus locaux et des associations environnementales, faute d’avoir accepté que ce territoire ne pût se développer sans eux.

La comparaison avec l’université de Berkeley et ses effets sur la Silicon Valley ou avec le M.I.T de Massachusetts est claironnée, mais voulons-nous changer notre système éducatif pour un modèle américain ?

La mentalité, la loi, la société anglo-saxonne et des droits d’inscription à 8.000 euros à l’Université publique américaine ne nous ressemblent pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s