CA du 15 decembre 2014: Motion relative au Budget de I’Universite Paris-Sud

La masse salariale des universités, qui comprend les salaires et les primes de tous les personnels, a été fixée voici plusieurs années, au moment du passage aux Responsabilités et Compétences Elargies (RCE). Malheureusement, l’évolution des salaires due à la pyramide des âges, et l’augmentation de la part des cotisations retraites transférée aux universités ne sont que très partiellement prises en compte dans le versement de la masse salariale par I‘Etat. Le résultat est mécanique : le coût salarial d’un effectif relativement stable augmente de 2 millions d’Euros par an.

Voila quelques années que la présidence de l’université Paris sud (UPSud) tente de répondre à cette baisse de budget :

– par un gel au moins momentané des postes de BIASS,

– par une baisse des dépenses qui affecte I‘offre de formation via la réduction des maquettes et la fermeture des modules à petits effectifs,

– par un gel des postes enseignants-chercheurs susceptibles d’être vacants,

– par des mesures visant l’emploi des doctorants ou la disparition des demi-postes ATER…

Pourtant, toutes ces mesures ne conduisent pas au redressement escompté. Bien au contraire, l’UPSud voit son fonds de roulement fondre et atteindre un niveau non acceptable, a I’heure ou la concrétisation des projets du plan campus laisse prévoir des dépenses conséquentes pour les futurs déménagements.

Pour 2015, I’Université s’oriente vers le scenario suivant : aucun recrutement d’ATER ni de contractuels administratifs et techniques en dehors des campagnes emplois, un investissement en forte baisse en dehors de I’immobilier et des appels à projet pour la recherche et la pédagogie annulés ou reportés. Aucune amélioration de la situation n’est envisagée pour I’année 2016. Bien au contraire, les postes de titulaires ont de fortes chances d’être gelés pour un temps indéterminé.

Dans l’ensemble des universités de France, cette situation conduira a une véritable hémorragie des postes de toutes catégories, diminuant les perspectives de carrière aux docteurs que nous formons Le Conseil d’Administration de I‘Université Paris-Sud demande au gouvernement d’arrêter cette hémorragie en finançant, dans le socle des masses salariales, le GVT dont I’effet cumulatif pourrait aboutir a la disparition de centaines de postes dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche.

Nombre de membres en exercice : 31 Votants : 27 Pour : à I ‘unanimité

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s