Néolibéralisme autoritaire et démocratie universitaire

Si Pécresse avait en son temps poussé aux fusions, Fioraso pousse  aux fusions et à la COMUE, à hue et à dia. Et ça ne passe pas. Les résistances sont pour l’heure les plus fortes en Ile-de-France, mais l’Ouest commence à s’inquiéter (voir ici les motions des AG de Nantes et de Nanterre, parmi d’autres ; voir la crise qui couve dans la COMUE heSam qui regroupe Paris 1 et 14 autres établissements ; voir encore ici la lutte des personnels de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et de l’Université de Créteil contre la fusion et la COMUE qu’on veut leur imposer alors qu’ils soutiennent le principe de l’association). Les universitaires commencent à comprendre que les COMUE(s) sont des fusions déguisées dans le même temps qu’elles portent en germe de nombreuses fusions effectives.

Article complet de Pascal Maillard

Image

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s